Pu enn nasyon morisyenne for … bizin vot ar la lozik… pa ek lekerr

IDENTITÉ, CULTURE ET MAURICIANISME
15 août, 2008, 23:46
Classé dans : Politique Mauricienne

Le pouvoir au prix fort pour la nation 

Le paysage politique mauricien offre une belle image de la crise identitaire dont souffre notre nation. Rappelons qu’une nation est une grande communauté humaine, le plus souvent installée sur le même territoire et qui possède une unité historique, linguistique, culturelle, économique plus ou moins forte. 

Nous sommes les enfants du monde, l’île Maurice a été pendant longtemps un carrefour incontournable pour les voyageurs. Nous sommes le résultat de ces diverses rencontres dont a été témoin notre mère patrie. Notre histoire est toute jeune mais déjà bien riche, elle date d’environ 200 ans ; à l’échelle du monde, elle est insignifiante. Pourtant notre mode de vie est envié. Ici se côtoient quotidiennement des cultures et des traditions millénaires, reproduites et transmises depuis plusieurs générations. Ces traditions se perpétuent dans l’île depuis qu’elle est devenue la terre d’accueil d’esclaves arrachés à leurs terres natales et de migrants en quête de jours meilleurs. La culture mauricienne trouve ses sources dans ces mélanges et ces rencontres ; la magie de notre pays réside dans le fait que la friction entre ces différentes cultures n’a pas abouti à la disparition de l’une ou l’autre d’entre elles. Elle a créé une nouvelle culture qui englobe toutes les cultures présentes sur le territoire mauricien sans en amputer la moindre parcelle : le mauricianisme. Le kreol morisyen en est la preuve vivante. 

Depuis plusieurs générations, les traditions se perpétuent et se superposent malgré les difficultés parce que l’union fait la force. Chaque communauté à Maurice reproduit certains gestes ancestraux pour des mariages ou des enterrements ou encore pour des rituels particuliers sans aucune restriction, et toutes les communautés connaissent des mariages mixtes. L’île Maurice est une véritable démocratie religieuse, pourtant durant ces 20 dernières années de plus en plus de partis et de groupuscules ont vu le jour et s’attribuent l’étiquette de défenseurs des droits des différentes communautés mauriciennes. 

C’est à mes yeux un non sens, car jamais dans l’histoire de Maurice une pratique religieuse ou culturelle n’a été interdite par l’État mauricien. Cela contrairement à notre île sœur, La Réunion. Mis à part l’épisode des bagarres raciales qui ont eu lieu juste avant l’Indépendance de Maurice, des événements qui trouvent leur source dans des arguments racistes et d’un autre temps, utilisés par des politiciens de l’époque pour exacerber les sentiments d’une population déjà angoissée par des craintes justifiées concernant leur avenir post-indépendante. 

Ainsi, je n’arrive pas à comprendre l’objectif poursuivi par ces divers partis et groupuscules pour lesquels je ne ferai pas de publicité inutile. Ces mouvements n’affichent aucune position économico-sociale cohérente et proposent des stratégies qui ne correspondent pas à notre époque. On est dans l’ère du libéralisme à outrance, à notre époque il n’y a pas de place pour le favoritisme, le clientélisme et le protectionnisme. 

Alliances multiples 

Toutefois, pour gagner les élections à Maurice, les grands partis s’obligent à des alliances multiples et variées car, sans elles, personne n’obtiendrait la majorité nécessaire pour gouverner, ou alors le gouvernement disposerait d’une faible majorité, limitant son champ d’action. Nous savons pourtant vers quel genre de dérive extrémiste peut mener ce type de pratique ; nous pouvons pour cela nous baser sur un exemple mondialement et tristement connu. Le Liban est devenu aujourd’hui un pays impossible à diriger, car les coalitions nécessaires à l’accession au pouvoir brident toute tentative de réforme profonde des institutions du pays. Pourtant, un État doit être capable d’accorder ses institutions avec l’évolution des besoins de sa population. 

Il y a trois ans de cela, l’écrivain Bernard Lehembre, au cours d’une discussion que nous avons eue, utilisa l’expression « petit Liban » pour parler de mon pays. Cette comparaison m’inspira une vive réaction. Je lui ai dit que, chez nous, on ne tue pas notre voisin parce qu’il n’est pas de la même confession religieuse que nous. Il répondit très calmement qu’au Liban également ce n’était pas le cas il y a 30 ans de cela. 

Sa réponse m’a poussé à m’interroger sur les raisons et le contexte qui mènent à l’apparition de ces différents groupuscules  » communautaires  » ; finalement, ne serait-ce pas l’utilisation à des fins personnelles d’une sympathie populaire par un individu ? 

Le pouvoir personnel peut être défini comme la mainmise sur une idéologie par un individu, ce dernier agissant comme s’il en était la source. Cela est contraire à toute idéologie car le fragile équilibre, qui fait la quintessence d’une idéologie, provient des contre-pouvoirs. Ces derniers sont les avis contraires au sein même du groupe, qui milite en faveur de cette idéologie. Un leader omniprésent et imposant sa vision de l’idéologie dénature l’idée première véhiculée par cette dernière. Selon le modèle démocratique contemporain, Machiavel aurait tort, lui qui suggérait au souverain d’éliminer les prétendants au poste de souverain. Pourtant, c’est ce qu’ont fait des leaders politiques. Qui pourrait prendre la tête de nos grands partis aujourd’hui ? 

Et si demain les armes à feu devenaient plus accessibles à Maurice ? Irions-nous jusqu’à nous entre-tuer pour des raisons communautaires ? Je refuse d’y croire parce que je suis Mauricien avant tout… je suis Mauricien avant d’être musulman, je suis Mauricien avant d’être chinois, je suis Mauricien avant d’être hindou et je suis Mauricien avant d’être chrétien. Je suis tout cela tout en étant Mauricien, mais pourtant j’ai peur parce qu’aujourd’hui la division communautaire semble être le fonds de commerce de nos hommes politiques. Ils sont à la recherche d’un pouvoir personnel, un flagrant exemple pourrait être celui qui donne son nom à son parti… 

Ivor Tan Yan 


L' ÎLE DANS L'ÎLE |
Aide aux orphelins du Cambo... |
Carcajou82 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | LA LEGENDE
| prof de droit.com
| les castagnettes de casse n...