Pu enn nasyon morisyenne for … bizin vot ar la lozik… pa ek lekerr

Ni de gauche, ni de droite
4 février, 2010, 11:07
Classé dans : Politique Mauricienne

Nous sommes des « hard workers » et il est pour nous normal de travailler plus si l’on souhaite arrondir nos fin de mois. Il nous est arrivé à tous d’occuper plusieurs emplois à certaine période de nos vie pour financer la construction de sa maison, le mariage d’un enfant ou encore pour prévoir le financement de nos études tertiaires ou de ceux de nos enfants. Nous ne sommes pas les champions des dossiers et des demande de bourse, aide toi toi-même et le ciel t’aidera, c’est un peu la philosophie mauricienne. Nous sommes très fort pour entreprendre et réaliser des projets, notamment lorsque cela concerne notre confort et celui de notre famille. Toutefois, je déplore que nous ne mettions pas plus d’énergie pour la construction d’une société forte. Il est dommage de constater que malgré la force, le courge et l’intelligence du peuple mauricien, ce sont toujours les même qui sont à la tête du pays depuis plus de cinquante ans. L’idée selon laquelle le chef de l’Etat doit appartenir à la communauté majoritaire dans le pays est sans fondement. Cela n’est généralement pas le cas dans une démocratie, l’Inde avec un président Musulman, les Etats unis avec un président Afro-américain et la France avec un président d’origine hongroise sont des exemples suffisant pour décrédibiliser cette idéologie. Cette dernière ne sert qu’à décourager un maximum de candidat potentiel. Cette idée éloigne le Mauricien de la politique, car il est en droit de penser qu’il n’y trouvera pas sa place parce qu’elle mets au second plan la question des parties politique et des idéologies qu’elles véhiculent.

La politique ce n’est pas ce que l’on voit dans les médias, le mot politique vient du grecque politikè est signifie science de l’organisation de la cité. La politique a pour caractéristique principales d’axé son travail sur la prévision et non l’improvisation. Le travail politique demande de la patience et de l’humilité, si l’on fait de la politique pour le simple fait d’avoir du pouvoir on est dans l’illusion. D’ailleurs on n’a pas de pouvoir en politique, on a d’immense responsabilité.

Il faut que plus de jeune originaire des classes populaires entre en politique, pour se faire il faudrait que ces derniers commence déjà par s’y intéresser. A chaque fois que je parle de politique à des amis de ma génération, (génération : gameboy, super nintendo et play station) je me heurte à la même résignation. Ils me disent pour la plus part que cela ne servira à rien.

Pourtant il y a tellement à faire notamment dans le domaine social à Maurice, l’écart entre la classe laborieuse et la classe moyenne devient de plus en plus grand. La fracture sociale à Maurice peut avoir des conséquences dangereuses pour la stabilité du pays, mais ce n’est rien comparaît au conséquence à long terme sur le développement d’un pays dont la richesse est sa main d’œuvre.

L’Etat devrait intervenir pour combler cette écart social sans pour autant encourager l’assistanat. Cela ne fait pas partie de notre culture et de nos traditions, notre pays existe aujourd’hui parce que nos ancêtres n’ont pas hésité à remonter leurs manches et à suée pour certain jusqu’à la mort parce qu’il croyait dans l’avenir du pays. Mais je souhaite que mon propos ne soit pas détourner pour parler de l’esclavage ou encore l’exploitation de la main d’œuvre indienne, là n’est pas la question, plus de 150 ans se sont écoulés depuis la fin de cette période. Plusieurs générations nous sépare de nos ancêtres qui ont vécu cela et nous avons connu un développement exponentiel durant les 40 dernières années, nous avons souhaité et obtenu notre indépendance parce que nous avons accepté notre passé et que vivre ensemble nous convient. C’est à mon sens de la démagogie, que d’aborder la question de l’exploitation de nos ancêtres par les uns ou les autres ou encore la défense des droits d’une ou l’autres des communautés mauriciennes.

La réalité c’est qu’aujourd’hui pour exister sur le plan politique, puisque tous ne peuvent pas être des fils de … , certains choisissent de se positionner sur le plan de l’appartenance communautaire en utilisant des arguments alarmiste pour faire peur et obliger certain à choisir l’enferment sur soi plutôt que l’ouverture. L’omniprésence d’une tension pseudo communautaire dans le débat politique, permet de faire l’impasse sur des sujets qui concernent directement le mode de vie des mauriciens.

Pourtant il y a tellement de sujet grâce auquel nous pourrions animer le débat politique mauricien, notamment la question des transports en commun ou encore des questions concernant l’infrastructure urbain les routes mal éclairer, des routes endommager par des travaux divers (c.w.a ou sewage etc), la délinquance et la question du trafic de drogue à Maurice. Toutes ces questions font-elle l’objet d’un débat à l’île Maurice ? D’ailleurs y a t-il des débats publique à Maurice entre dirigeant des forces politique ?

La seul et unique fois que j’ai voté à Maurice, j’ai voté pour le ptr, non pas par conviction mais simplement parce que mon père faisait parti de cette mouvance politique. Aujourd’hui que j’ai ouvert les yeux je réalise qu’un tel comportement révèle l’absence de vision et de connaissance de la chose politique. A l’époque j’avais tout juste 20 ans et aujourd’hui j’en aurai bientôt 30. Je comprends mieux l’importance et les conséquences de l’orientation politique d’un pays. Certes nous avons une marge de manœuvre réduite en raison de notre dépendance aux différents lobbies internationaux. C’est pourtant la raison majeur qui devrait nous motivé à prendre en main notre destiné sociale et politique, finalement peu importe qui sera au pouvoir notre politique de collaboration économique et commerciale internationale dépendra toujours de notre travail car la seul richesse que possède notre pays c’est sa force de travail. Toutefois, il persiste chez nos compatriotes une véritable léthargie. Il semble que nous soyons résigné et persuader que ce domaine est exclusivement réservé à certains nom.

Je pense que l’action puis l’inaction d’un certain mouvement qui à vu le jour pendant la période qui précéda et succéda l’indépendance y est pour beaucoup. Je pense que la main mise de ce leader politique sur son parti contribue a appauvrir notre paysage politique. Mais je refuse de faire porter le chapeau à un homme qui n’est pas plus opportuniste que les autres finalement.

Pourquoi ne garderai t-il pas la place bien chaude en attendant que son fils s’intéresse à son pays ???

Nous citoyens mauricien sommes entièrement responsable de cette situation. On se contente d’accepter notre sort, on ne s’intéresse à la chose politique qu’en spectateur passif aussi longtemps qu’un problème social ne nous porte pas préjudice. exemple : la corruption, deux automobilistes sur trois ont déjà donné « enn dithe » à un officier pour éviter d’être sanctionner. Malheureusement tant que l’on n’est pas victime de cette corruption, on écoutera Finley en parler dans son émission de 9h à 11h en se réjouissant de savoir qu’il y a toujours cette option qui est envisageable si notre cercle d’influence ne peut plus nous protéger. Ces pratiques peuvent continuer sans que cela ne dérange notre petit confort. D’ailleurs cette émission « Enquête en directe » est le produit d’un système qui ne fonctionne pas normalement. Comment expliquer sinon que des citoyens doivent faire appel à un média pour que leurs démarches administratives ou d’autres situation aberrantes soit traiter avec diligence et sérieux.

Le culte de la famille et du réseau à ses limites, ces dernières sont atteintes lorsque l’avancement social des individus est compromis parce qu’ils ne connaissent pas les bonnes personnes alors qu’ils ont les compétences. Si l’on souhaite que notre pays continue a progressé il faut que nous fassions preuves de plus de patriotisme, il faut que l’on vote en fonction d’un programme et non d’un fils de … Il faut que l’on refuse le jeu de la chaise musicale en politique. Il faut que l’on accorde notre soutiens à des gens qui on l’intention de restructurer les institutions Etatique mauricienne en profondeur pour qu’elles mutent d’une oligarchie bourgeoise vers une démocratie basée sur des valeurs d’équité sociale.

Ivor TAN YAN


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

L' ÎLE DANS L'ÎLE |
Aide aux orphelins du Cambo... |
Carcajou82 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | LA LEGENDE
| prof de droit.com
| les castagnettes de casse n...